Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique: manifestation de soutien à Djotodia, normalisation en cours
Centrafrique: manifestation de soutien à Djotodia, normalisation en cours
http://www.leparisien.fr 30.03.2013, 12h48

Une manifestation de soutien au nouveau pouvoir centrafricain était organisée samedi matin à Bangui, aux mains des rebelles depuis une semaine et qui attendait la nomination du gouvernement dans une situation normalisée.

Entre 2.000 et 3.000 personnes ont défilé jusqu'à la place centrale de Bangui, où devaient se rendre le président auto-proclamé Michel Djotodia et le Premier ministre Nicolas Tiangaye.
"Qui fier comme Séléka", scandaient les manifestants, de toutes confessions, qui avaient répondu à l'appel du Séléka. Des rafales étaient tirées en l'air.

"Nous avons tant souffert depuis (l'empereur) Bokassa. Nous les musulmans on n'a fait que souffrir, maintenant le jeu est fini, nous sommes tous égaux", clame Théodore Gangui, un commerçant qui brandit une pancarte "Game over".

Pour Gratien Elmon, étudiant chrétien de 18 ans, "c'est la joie, la dictature est terminée, le pouvoir de la famille Bozizé est terminé, la vie va changer!".

De confession musulmane, Djotodia avait voulu rassurer certains de ses concitoyens vendredi, en se faisant le défenseur d'un "Etat laïc": "je ne suis pas venu pour les musulmans, (...) je suis venu pour tout le monde".

Après plusieurs jours de pillages, un calme relatif est revenu dans les rues du centre de la capitale, globalement sécurisé par les patrouilles mixtes des rebelles et des éléments de la force africaine régionale. Ce retour à la normale devrait être facilité par le week-end de Pâques.

Situation sanitaire difficile

Selon un responsable de la Croix-Rouge centrafricaine, Albert Yomba Eyamo, 78 corps ont été "ramassés" dans les rues de Bangui depuis la prise de la capitale par la rébellion du Séléka.

La situation sanitaire reste difficile dans certains quartiers, plus particulièrement dans les hôpitaux, du fait des coupures d'eau courante, d'électricité, et du manque d'approvisionnement en carburant.

De nombreux ressortissants français ont quitté le pays jeudi par un vol commercial d'Air France, même si aucune consigne d'évacuation n'a été donnée par les autorités françaises.
Sur le plan politique, les Centrafricains restaient toujours dans l'attente de la nomination d'un nouveau gouvernement, une semaine après la fuite au Cameroun du président François Bozizé.

Reconduit mercredi par M. Djotodia, le Premier ministre Tiangaye, qui dirigeait le gouvernement d'union nationale depuis deux mois, a promis que toutes les tendances politiques seraient représentées dans son cabinet de "transition".

Après une première offensive du Séléka en décembre, un accord de paix avait été signé le 11 janvier à Libreville entre le pouvoir, la rébellion et l'opposition prévoyant la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Dénonçant la "mauvaise volonté" de Bozizé à appliquer certaines clauses de cet accord, les rebelles avaient repris les armes il y a une dizaine de jours et entamé leur marche victorieuse sur Bangui.

Nouveau président auto-proclamé du pays, Michel Djotodia, un ancien fonctionnaire ayant basculé en 2005 dans la rébellion, a déclaré qu'il comptait diriger la Centrafrique pendant "trois ans", jusqu'à l'organisation d'élections.

Annonçant la suspension de la Constitution et la dissolution de l'Assemblée nationale, il a précisé qu'il allait "légiférer par ordonnances".

Il a laissé entendre vendredi qu'il ne participerait pas à la présidentielle de 2016.
"Nous allons agir selon l'esprit des accords signés à Libreville", stipulant "que ceux qui seront à la commande de ce pays ne vont pas se présenter à l'élection présidentielle", a-t-il affirmé.

Un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) consacré à la Centrafrique se tiendra le 3 avril à N'Djaména, au Tchad. Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé qu'il s'y rendrait, après un hommage aux 13 soldats tués en tentant d'empêcher les rebelles d'entrer dans Bangui dimanche.


Centrafrique: avec l'arrivée des rebelles, la crainte d'affrontements religieux

http://www.lepoint.fr 30/03/2013 à 13:05

Avec l'arrivée au pouvoir en Centrafrique de rebelles en majorité musulmans, beaucoup craignent des affrontements "inter-religieux", malgré les déclarations apaisantes du nouvel homme fort Michel Djotodia.

"On est assis sur une bombe. Un mauvais sorcier peut faire exploser la maison. Je ne veux pas qu'on relativise le problème", s'inquiète Mgr Dieudonné Nzapalainga, l'archevêque catholique de Bangui.

Michel Djotodia, président auto-proclamé depuis une semaine et premier dirigeant musulman du pays, a rappelé vendredi: "La République centrafricaine est un Etat laïc. Que ce soient les chrétiens et les musulmans, ils vivent dans un Etat laïc. Il est bien vrai: je suis musulman, mais je dois servir ma patrie, tous les Centrafricains".

"Je ne suis pas venu pour les musulmans, je ne suis pas venu seulement non plus pour les chrétiens (...) je suis venu pour tout le monde", a souligné M. Djotodia.

Il a reconnu toutefois que "certaines personnes mal intentionnées ont voulu drainer le pays vers un conflit inter-religieux".

Depuis le début de l'offensive en décembre du Séléka jusqu'à la prise de Bangui, la religion de ses combattants a souvent été mise en cause par le régime de François Bozizé, qui a notamment accusé les rebelles de "prêcher le wahhabisme", une interprétation ultra-conservatrice de l'islam proche du salafisme, ou carrément d'être des "terroristes musulmans".

Les comités d'auto-défense des partisans du président Bozizé, qui avaient érigé des barrières en ville pendant la crise, s'en sont régulièrement pris aux musulmans banguissois, les assimilant aux rebelles.

D'un autre côté, les rebelles se sont appuyé sur la communauté musulmane qui organisait régulièrement des collectes de soutien. Lors des pillages, les biens des musulmans ont été épargnés quand ceux de chrétiens étaient saccagés, donnant l'impression d'un conflit religieux à peine masqué.

L'image de milliers de musulmans scandant "Allah Akbar" (Dieu est grand) lors de l'arrivée de Michel Djotodia, à la grande mosquée de Bangui pour la prière du vendredi a aussi "choqué" certains chrétiens, selon un Banguissois.

"Nous ne sommes plus chez nous. Ils pillent nos biens et ceux-ci sont ensuite revendus par des musulmans qui les exportent vers le nord (Tchad et Soudan)", affirme un habitant du centre-ville sous couvert d'anonymat.
"Ils disent: +c'est notre tour maintenant. On va vous faire payer", explique une habitante du quartier Benz-Vi.
Aujourd'hui, la Centrafrique, 5 millions d'habitants, compte 45% de protestants, 35% de catholiques, 15% de musulmans, majoritairement originaires du nord d'où vient la rébellion, et 5% d'animistes. Ils ont toujours cohabité sans problème majeur.

Le Pasteur Nicolas Guere Koyame, à la tête de l'Alliance des

7 commentaires

S
Le Président devrait insister sur la laïcité de l'état afin de couper court avec les supputations actuelles relatives à la dualité 'chrétiens-musulman' en RCA
D
Pour qui les politiques veulent nous prendre. Ils nous pillent et nous demandent d
S
Mon message est adressé à ce KODO de DJOURBAILLE ABAZENE qui amené sa haine de son sud du Tchad natal( terre de ses ancêtres).N'as-tu pas honte de mettre tous les musulmans centrafricains ou non dans le même sac?«bon papa» ou bon père.
Si tu le sait pas alors cela veut dire que tu es un bâtard de ces muson papa» ou bon père.
Si tu le sait pas alors cela veut dire que tu es un bâtard de ces musulmans que tu veux tuer. Essaye si tu es capable.
» lire la suite
S
J'attends la publication de mon droit de réponse à ce monsieur DJOURBAILLE ABAZENE. Et je lui prie de me répondre.
A
"J'essaie toujours de partager avec les autres l'idée qu'il n'est pas nécessaire d'être religieux pour faire preuve de plus de compassion."
N
Je suis deçue de voir des femmes comme Doumta prendre la parole au nom des autres pour témoigner son soutien alors qu'elle était dans toutes les autres marches organisée par Mme ou plutot Mme Kofio de l'OFCA/KNK contre la Séléka. Qu'elle dise à quelle association de femmes elle appartient Un peu de dignité ma sre la Séléka. Qu'elle dise à quelle association de femmes elle appartient Un peu de dignité ma soeur. Le silence vaut d'or » lire la suite
C
on doit se méfier des gens qui ont déjà trouné leurs vestes sinon éternel recommencement et je suis sûr c'est ce qui va se passer quidit mieux vous allez me donner raison un jour

Mon commentaire

Dans la même catégorie
n Centrafrique, les personnes vivant avec le VIH/Sida craignent une aggravation de leur vulnérabilité avec la pandémie de coronavirus. Très peu de » ...la suite
Les obsèques officielles des éléments des forces de défense nationale tués le 21 juin 2020 dans une embuscade de 3R à Besson dans la Nana Mambé » ...la suite
En Centrafrique, après avoir reporté à plusieurs reprises le début de l’enrôlement des électeurs, l’Autorité nationale des élections, l’ » ...la suite
Prévues pour le 27 décembre 2020 en République centrafricaine, les élections générales se préparent au sein de tous les camps. Pour emboîter l » ...la suite
La République centrafricaine (RCA) a annoncé mardi 88 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre total d'infections à 3.051, selon un communiqué » ...la suite
Des élus de la nation ont boycotté ce jour l’ouverture de la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale pour exiger du Premier Ministre, l » ...la suite
La République centrafricaine se prépare à son tour, à rouvrir ses écoles, fermées depuis quelques mois dans le cadre des mesures restrictives po » ...la suite
Deux soldats centrafricains ont été tués et trois autres blessés par le groupe armé « 3R » (Retour, réclamation et réhabilitation), à l’ou » ...la suite
Un jour seulement après l'annonce par la Minusca d'une vaste opération militaire contre le mouvement 3R (Retour, Réclamation, Réhabilitation) de S » ...la suite
Un total de 675.804 réfugiés centrafricains, qui avaient fui vers l'étranger au plus fort de la crise centrafricaine de 2013 à 2016, se trouvent t » ...la suite