Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Centrafrique : La société civile favorable au respect de l'interdiction d'exportation de bois en grumes
Centrafrique : La société civile favorable au respect de l'interdiction d'exportation de bois en grumes

Lu pour vous

 

https://www.mediaterre.org/ le 03/03/23 à 15h19 GMT

Alors que l’entrée en vigueur de la directive communautaire portant sur l’interdiction d’exportation de bois en grumes au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a été reportée à une date ultérieure [à l’issue de la 38e session ordinaire du Conseil des ministres tenu le 28 octobre 20122 à Yaoundé au Cameroun], la République centrafricaine (RCA) a elle opté pour une mise en œuvre progressive ou graduelle. La démarche prévoit une transformation de 80% des bois à partir du 1er janvier 2023, décision prise lors d’un Conseil ordinaire des ministres tenu à Bangui le 10 novembre 2022 et présidé par le président de la République, Faustin Archange Touadera. La transformation va se poursuivre en 2024 à hauteur de 90% pour atteindre le niveau de 100% en 2025.

Cette position marque une rupture avec la décision de report au niveau de la CEMAC. « La RCA est restée dans la démarche de la décision communautaire, dans la mesure où elle ne l’a pas systématiquement rejeté aux calendes grecques. Suivant le contexte du pays caractérisé par sa situation post-conflit qui ne plaide pas pour un arrêt des exportations à 100%, il a adopté une démarche progressive », explique le coordonnateur du Centre pour l’information environnementale et le développement durable (CIEDD), Jean Jacques Urbain Mathamalé.

A en croire notre source, la situation des permis d’exploitation et d’aménagement, c’est-à-dire les concessions forestières, n’est pas reluisante. Sur les 14 permis que compte la RCA, seuls quatre sont dans une situation plus ou moins favorable avec des usines. Les 10 autres n’ont pas d’usines. « Ce n’est pas en une année qu’elles vont se mettre en conformité et disposer d’usines de première, deuxième et troisième transformation voire pour une transformation plus poussée », soutient M. Mathamalé. Et, avec la crise du carburant, il serait difficile d’implémenter la directive communautaire en l’état.

Il y a un autre aspect qui milite en faveur de la mise en œuvre de la démarche progressive : la RCA a ajouté un niveau de transformation de 10% par rapport au code forestier de 2008 qui prône déjà 70% de transformation locale du bois. Ce qui justifie la décision du Conseil des ministres de fixer le niveau de transformation de bois à 80%, pour un départ.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis près de trois semaines, s’approvisionner en carburant dans les stations-services à Bangui est un parcours du combattant. De longues queues » ...la suite
Sur les trois années à venir, le pays devra fournir des efforts dans le redressement de la balance des paiements, le gel des arriérés de dette int » ...la suite
L’information selon laquelle la société Total Energie en Centrafrique a été cédée à la banque d’affaires franco-britannique Rochefort Inter » ...la suite
Depuis la suspension des aides budgétaires par les partenaires traditionnelles de la RCA dont l’Union européenne (l’UE), la Banque mondiale, le » ...la suite
Le ministre centrafricain du développement de l’énergie et des Ressources hydrauliques a été reçu en audience le 16 février dernier, par le mi » ...la suite
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique. » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs de » ...la suite
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) à stopper la cryptom » ...la suite