Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » La Guinée Equatoriale et la Centrafrique s'accordent à lutter contre la pénurie d'hydrocarbures
La Guinée Equatoriale et la Centrafrique s'accordent à lutter contre la pénurie d'hydrocarbures

Lu pour vous

 

https://www.aa.com.tr/ - Des majorations de 50% à 80% ont été opérées depuis le 3 janvier en Centrafrique. Ekip   |19.01.2023

 

Yaoundé / Peter Kum

La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique.

Un mémorandum d’accord matérialisant ce projet a été paraphé à l’occasion d’une audience accordée mercredi 18 janvier, par le président centrafricain Touadera à une délégation de la Compagnie nationale de service Pétrolier équato-guinéen en visite de travail en République Centrafricaine, a annoncé, jeudi, la présidence centrafricaine, La Renaissance.

Selon La Renaissance, c’est « face à la pénurie du carburant qui secoue de nombreux pays dont la République Centrafricaine », que « la Guinée Équatoriale entend desservir le marché de l’hydro- carbure Centrafricain à travers la signature de ce protocole d’accord pétrolier ».

Les quantités n'ont pas été communiquées.

En début de cette année, les Centrafricains ont constaté une hausse importante du prix des carburants après des mois de pénurie. Cette hausse du prix a été opérée par le biais d'un décret du gouvernement en date du 3 janvier annonçant des majorations des prix de 50 à près de 80% selon les produits.

Le président Touadera a rappelé dans son discours du 31 décembre que c’est « depuis le mois de juillet, que la RCA, à l’instar des autres pays du monde, connaît une pénurie de carburant, due à la crise en Ukraine ».

Selon le président centrafricain, « la guerre en Ukraine a provoqué le bouleversement de l’ordre mondial, la chute des économies fragiles comme la Centrafricaine, la flambée des prix des produits de première nécessité, l’inflation, la pénurie des carburants, l’insécurité alimentaire ».

Dans son discours de fin d’année, le président de la Centrafrique, Faustin-Archange Touadera, a reconnu une « situation catastrophique », « pas soutenable » et une « réflexion à mener ».

Les recettes de la fiscalité pétrolière ayant fondu dans l'année, de 1,8 milliard à 80 millions de francs CFA par mois, selon lui.

En recevant les vœux des membres du Corps diplomatique le 7 janvier, le président Touadera les a félicité pour « l’attention particulière, souvent empreinte de sympathie » qu’ils accordent aux actions des autorités centrafricaines « en faveur du retour de la paix, de la sécurité et du relèvement socio-économique » de la Centrafrique.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis la suspension des aides budgétaires par les partenaires traditionnelles de la RCA dont l’Union européenne (l’UE), la Banque mondiale, le » ...la suite
Alors que l’entrée en vigueur de la directive communautaire portant sur l’interdiction d’exportation de bois en grumes au sein de la Communaut » ...la suite
Le ministre centrafricain du développement de l’énergie et des Ressources hydrauliques a été reçu en audience le 16 février dernier, par le mi » ...la suite
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs de » ...la suite
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) à stopper la cryptom » ...la suite
La hausse des prix des hydrocarbures continue de susciter des réactions. Le Groupe de travail de la société civile (GTSC) parle d’arnaque et d’ » ...la suite
En Centrafrique, deux jours après l’augmentation jusqu'à 80 % des prix des carburants par le gouvernement, la plupart des usagers se disent asphyx » ...la suite
Sa promotion au poste d’administrateur directeur général de cette filiale du groupe bancaire basé à Lomé, au Togo, a été approuvée depuis no » ...la suite