Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Pour Human Rights Watch, la guerre en Ukraine a fait oublier d'autres conflits, notamment en Afrique
Pour Human Rights Watch, la guerre en Ukraine a fait oublier d'autres conflits, notamment en Afrique

 

https://www.rfi.fr/ Publié le : 12/01/2023 - 20:29 Modifié le : 12/01/2023 - 20:34

La guerre en Ukraine a déclenché d’importants changements des rapports de force à l’échelle mondiale. C’est le constat fait par l’organisation Human Rights Watch qui a diffusé ce jeudi 12 janvier son rapport annuel. Avec des conséquences bien évidemment pour l’Afrique.

Mali, Burkina, Rwanda, Éthiopie, Centrafrique, RDC, Cameroun, Tchad, Burundi : neuf États du continent sont particulièrement dans le viseur de l’organisation. Pour ceux du Sahel, « la situation s’est sérieusement détériorée l’an passé », indique les auteurs qui dénoncent autant les violations des forces de sécurité que des groupes armés et le manque criant de justice.

Le Rwanda est pointé du doigt pour sa campagne contre les opposants, « les autorités ont », selon le rapport, « exporté leurs méthodes abusives au-delà des frontières du pays ». Pour le voisin congolais, le rapport indique : « la situation sécuritaire et des droits humains en RD Congo a continué de se dégrader ».  

Les droits humains se sont considérablement détériorés au #Mali avec des attaques contre des civils par des groupes armés islamistes et des meurtres de suspects par les forces pro-gouvernementales. Le gvt a de + en + réprimé les médias et l'opposition. https://t.co/CuVCojMStf

— HRW en français (@hrw_fr) January 12, 2023

Un pays est particulièrement mis en avant : l’Éthiopie. Les enquêteurs de Human Rights Watch considèrent que la communauté internationale a oublié ce conflit : « Des gouvernements et l’ONU ont condamné des assassinats sommaires, des violences sexuelles généralisées et des pillages, mais n’ont pas fait grand-chose de plus » qui rappelle aux États signataires des chartes de droits de l’homme qu’en ce temps de crise majeure et mondiale : « Ils ont une obligation d’agir pour protéger les droits humains. »

Carine Kaneza Nantulya de la division Afrique de Human Rights Watch s’inquiète aussi de l’extension des zones occupées par les jihadistes au Mali et au Burkina et de l'oubli du conflit en Éthiopie

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le 30 décembre 2022, la Commission vérité, justice, réparation et réconciliation (CVJRR) a présenté au président centrafricain son rapport d » ...la suite
Le 2 février, la Cour pénale spéciale (CPS) doit entendre les parties sur les demandes de réparations par les victimes, dans le premier procès co » ...la suite
En réponse à la nouvelle concernant le rejet par le tribunal de grande instance du Wouri d’une demande de libération de 23 manifestants, tous con » ...la suite
Un journaliste porté disparu dans des circonstances floues depuis plusieurs jours au Cameroun a été retrouvé mort dimanche, ont annoncé son médi » ...la suite
e mandat de la Cour pénale spéciale (CPS) a été renouvelé pour cinq ans, le 28 décembre, par l’Assemblée nationale de Centrafrique. Après un » ...la suite
Le mandat de la Cour pénale spéciale (CPS) a été renouvelé pour cinq ans par l’Assemblée nationale de Centrafrique, le 28 décembre, malgré s » ...la suite
Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé vendredi 16 décembre la clôture de son enquête en Centrafrique. Les investigations, ouver » ...la suite
En réaction à la tenue du procès des évènements du 20 octobre 2022, censé avoir débuté ce 29 novembre à la prison de haute sécurité de Koro » ...la suite
Pour la première fois, la Cour pénale internationale (CPI) s'occupe des crimes présumés commis par les rebelles de la "Seleka", qui ont chassé le » ...la suite
La Cour pénale internationale (CPI) réagit à la suite d’une interpellation de l’ONG ivoirienne OIDH sur les crimes perpétrés lors de la grave » ...la suite