Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique: l’inexécution de mandats d’arrêt visant des chefs de guerre inquiète des ONG
Centrafrique: l’inexécution de mandats d’arrêt visant des chefs de guerre inquiète des ONG

 

https://www.rfi.fr/   06/08/2022 - 22:39

Les organisations de défense des droits de l'homme s'inquiètent des lenteurs judiciaires et l'inexécution des mandats d'arrêts émis à l'encontre de différents chefs de guerre. Pour l'Observatoire des droits de l'homme et la Ligue des droits de l'homme, la responsabilité repose sur les autorités centrafricaines et la non-exécution de ses mandats d'arrêts constitue un obstacle majeur à la lutte contre l'impunité.

Dans leur rapport, l'OCDH et la LCDH mettent avant tout l'accent sur les importantes avancées en Centrafrique. Notamment la création de la CPS, la Cour pénale spéciale, le bon fonctionnement également des tribunaux pour juger les crimes de guerre, enfin les poursuites engagées par la Cour pénale internationale.

Les organisations indiquent se réjouir, mais s'inquiète par contre des lenteurs des autorités pour exécuter les mandats d'arrêts locaux comme internationaux. Deux chefs de guerre sont cités : Idriss Ibrahim Issa qui a été arrêté, mais les défenseurs des droits de l'homme rappellent que le mandat d'arrêt n'a été exécuté qu'au bout de deux années. Le deuxième cas est jugé plus inquiétant : un mandat d'arrêt international a été délivré en 2019 par la CPI à l'encontre de Mahamat Noureddine Adam, mais le numéro 2 de la coalition rebelle Seleka est toujours libre.

« L'inexécution de ses mandats est un obstacle majeur à la lutte contre l'impunité, les crimes et les graves violations des droits humains », indiquent les organisations dans leur rapport. Organisations qui estiment également que cette coopération sélective et lacunaire encourage les personnes visées à poursuivre leurs activités criminelles. 

L'Observatoire et la ligue des droits de l'homme estime essentiel que les autorités centrafricaines respectent leurs obligations pour que la justice soit rendue « aux milliers de victimes dans l'attente. »

Nous avons des inquiétudes de ce côté parce que des crimes sont encore commis et nous constatons que les auteurs de ces crimes sont autour de nous, parfois nous les voyons circuler et nous savons où ils se trouvent. (…) Nous ne comprenons pas pourquoi ces criminels ne sont pas appréhendés et déférés devant la Cour pénale internationale.

Joseph Bindoumi, représentant de la Ligue centrafricaine des droits de l'homme

Guillaume Thibault

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’ex-commandant de la Seleka est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, commis entre avril et août 2013. À l’époque, il » ...la suite
Le procès de Mahamat Saïd Abdel Kani, ancien commandant de la Séléka en République centrafricaine, s’est ouvert aujourd’hui devant la Cour p » ...la suite
Mahamat Saïd Abdel Kani, commandant présumé de la coalition rebelle à dominante musulmane Séléka, fait face à sept chefs d'accusation de crimes » ...la suite
Mahamat Saïd Abdel Kani, commandant présumé de la coalition rebelle à dominante musulmane Séléka, fait face à sept chefs d'accusation de crimes » ...la suite
«Le procureur de la CPI, accompagné d'une délégation, rencontrera des responsables soudanais et se rendra dans la région du Darfour» Le Darfo » ...la suite
Félicien Kabuga, un des financiers présumés du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, sera jugé à partir du 29 septembre à La Haye où il répon » ...la suite
Les autorités de la Guinée équatoriale doivent immédiatement cesser d’arrêter de façon arbitraire et sans discernement des jeunes hommes dans » ...la suite
Lancée en 2002, la Cour pénale internationale (CPI) a célébré, ce 02 juillet 2022, ses 20 ans. A Bangui comme à l’intérieur du pays, les vict » ...la suite
La Cour pénale spéciale (CPS) de la République centrafricaine a arrêté et inculpé un ministre du gouvernement pour crimes de guerre et crimes co » ...la suite
Près de deux semaines après l’arrestation du capitaine Eugène Ngaïkoisset, l’Organisation de défense des droits de l’Homme Human Right Watc » ...la suite