Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Abdoulaye MISKINE : UNE DETENTION INCONGRUE DU LEADER DE FDPC AU TCHAD
Abdoulaye MISKINE : UNE DETENTION INCONGRUE DU LEADER DE FDPC AU TCHAD

Lu pour vous

 

AUSSI BIZARRE QUE CELA PUISSE PARAITRE, PRESQUE TOUS LES LEADERS POLITICO-MILITAIRES CENTRAFRICAINS LES PLUS CRUELS ET RADICAUX SONT AU TCHAD, MAIS SEUL CELUI DU FDPC, LE GENERAL MARTIN KOUMTANMADJE ALIAS ABDOULAYE MISKINE CROUPIT EN DETENTION BIENTOT TROIS ANS. COMMENT CELA PEUT-IL S’EXPLIQUER ?

La détention du leader de FDPC, le général Abdoulaye MISKINE  suscite  vraiment des interrogations et indignations car celui-ci s’est donné  corps et âme pour un retour réel de paix  en RCA à travers des actions concrètes, visibles mais  non reconnues par la haine des ennemis qui veulent tout simplement en découdre avec le Général.

FOND DU PROBLEME

En tant que  doyen de la rébellion Centrafricaine, Abdoulaye MISKINE  a compris l’enjeu et a refusé l’option de  guerre au détriment de la paix  après l renversement du régime  sanguinaire de François Bozizé ;Aussi, c’est grâce à sa sagesse  que les 14 groupes politico-militaires et le Gouvernement Centrafricain sont parvenus  aux accords de Khartoum  signé à Bangui en 2019 ; Il reste le premier leader du groupe politico-militaire qui a réussi le cantonnement de ses éléments à Zoukoumbo dans le cadre du projet DDRR, mais malheureusement, c’est la base de ses éléments qui a subi  un  bombardement aérien et attaque terrestre avec  des chars en Avril 2019 par la MINUSCA sous un prétexte de blocage du convoi des véhicules de la CFAO,  juste après les accords de Khartoum et Bangui, pourtant, ces éléments attendaient le processus de DDRR depuis Juin   2016 ;Il apparait de manière claire que Abdoulaye MISKINE n’est ni officiellement accusé par les organisations de droit de l’homme ni par les cours internationales pénales sauf que les autorités centrafricaines l’ont diabolisé parce qu’il voulait dénoncer la violation des accords de Khartoum. La détention du leader de FDPC depuis trois ans au Tchad est surprenante  car l’on s’interroge sur les causes réelles de celle-ci. Or il y a des chefs rebelles connus pour leurs atrocités commises sur les populations civiles, parfois reconnus coupables de crimes de guerre et crime contre l’humanité, ceux-là sont en liberté et circulent librement au Tchad.

RESUME DES ACTIONS DE MEDIATION

Nous publions in fine le résumé de la médiation menée entre le FDPC, les organismes internationaux et le gouvernement pour un  retour définitif de la paix en République Centrafricaine. Ce résumé permet de mettre en lumière les bonnes intentions du leader de FDPC sur sa volonté de créer une atmosphère de concorde entre les centrafricains. Après la prise de pouvoir par la coalition SELEKA dont le FDPC n’est pas partie prenante, celui-ci  était accusé de groupe traitre, ce qui a créé une  divergence entre  le FDPC et cette coalition au point que son groupe a été attaqué par des éléments sélékas dans la région de la Nana Mambéré. Aussi fallait-il convaincre le FDPC et son leader de négocier très rapidement avec le Gouvernement pour obtenir un cessez le feu afin de ramener la paix en RCA. Par la suite, le Général Abdoulaye MISKINE a donné son accord pour les négociations et arrêts des hostilités par son groupe. A cet effet, l’appui des organisations et institutions internationales sur cette démarche crédibilise cette volonté. Chose faite.

Ainsi, Le 05 août 2O13, le Comité de médiation a fait adresser une lettre de bonne intention à la MINUSCA, demandant son appui par rapport à son initiative de paix et de réconciliation en RCA. Le 13 octobre 2013, une deuxième lettre a été adressée à la même organisation pour solliciter son intervention auprès du Président Camerounais Mr Paul BIYA pour la libération d’Abdoulaye MISKINE leader du FDPC écroué au Cameroun. Le  FDPC  adresse une lettre de félicitation à la Présidente Catherine SAMBA PANZA, le 27/ 01/2014, pour son élection comme Présidente de la Transition, dans ce même courrier, le FDPC a exprimé sa ferme volonté de déposer les armes car son objectif n’était  pas de poursuivre les hostilités.

En définitive, plusieurs courriers ont été adressés à la MINUSCA, sollicitant des appuis multiformes pour relancer un dialogue franc avec le Gouvernement afin de faire démobiliser et désarmer ses combattants, mais c’est bien dommage que ces écrits sont demeurés lettre morte. Toutefois la raison a pris le dessus et tout le monde s’est fait rattraper avec les pourparlers de Khartoum suivi de l’accord qui piétine faute d’un consensus hardi. Après la libération d’Abdoulaye MISKINE, celui-ci est accueilli à Brazzaville par le Président Denis SASSOU NGUESSO, occasion d’activer les pourparlers de paix et de réconciliation selon le vœu du FDPC.Il convient de souligner que la libération du général Abdoulaye MISKINE et celle de 26 otages dont le prêtre polonais en novembre 2014 est une œuvre du comité sous les auspices de la Communauté de SAINT’EGIDIO.

Toujours dans le souci d’amener le FDPC et son leader Abdoulaye MISKINE à abandonner les armes, le comité en entrepris de relancer les démarches de négociations en 2016 après l’élection du Président, le Prof. Faustin Archange TOUADERA. Une lettre de félicitation a été adressée à l’endroit du Président élu, montrant une fois de plus que le FDPC est résolument tourné vers la recherche de paix en Centrafrique. Mais pour mieux avancer, le comité a changé de stratégie en sollicitant l’implication des députés de la circonscription de Kabo. Aussi, les deux députés ont-ils accepté de prendre part aux démarches et négociations, ce qui aboutit à l’élaboration d’un avenant permettant au FDPC de faire partie des groupes signataires de l’accord du forum  Bangui.

Sans relâche, le comité poursuit ses activités puisque tenu par l’obligation de résultat : Paix et Réconciliation. Aussi, par l’entremise de son coordinateur Mr Lucien ASSALBAYE, une série de rencontres a eu lieu entre autre avec le Président de la République, Son Excellence Faustin Archange TOUADERA, le 27 Mai 2019, Mme la Ministre de l’Action Humanitaire et de la réconciliation, le 6 Juin, puis le Premier Ministre le 21 juin 2019. Le comité entend poursuivre ses actions pour atteindre son objectif, celui de rencontrer Abdoulaye MISKINE ; avec une délégation qui impliquera les Députés de KABO, région d’origine du leader du FDPC. Tels sont les actions menées sans tabous ni réserve avec le leader du FDPC pour la paix en RCA, son pays.

PEREZE KO

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le torchon brule à nouveau entre les deux frères ennemis ivoiriens. Laurent Gbagbo devrait faire savoir, via un porte-parole autorisé, ce mardi ma » ...la suite
Alors que l’influence russe en Afrique est grandissante, la guerre en Ukraine et les sanctions infligées à Moscou ne seront pas sans conséquences » ...la suite
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public la semaine dernière un mandat d’arrêt à l’encontre d’un chef rebelle de République centr » ...la suite
Depuis son départ du Mali, en février, la France a perdu le centre névralgique de son dispositif militaire. Paris cherche désormais à consolider » ...la suite
Après l’expulsion de l’Ambassadeur de l’Hexagone au Mali et le retrait prochain de la force française Barkhane, au Burkina Faso, le départ de » ...la suite
Conséquence de la guerre en Ukraine, l’Afrique devient une source potentielle de gaz et pétrole pouvant éventuellement substituer à terme les im » ...la suite
Les répercussions de la guerre en Ukraine ne s’arrêtent pas aux frontières ukrainiennes. Le monde entier ressent les effets de cette guerre, nota » ...la suite
Le Conseil de sécurité a renouvelé, cet après-midi, jusqu’au 31 juillet 2023, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine » ...la suite
« Les groupes armés en République centrafricaine (RCA) doivent déposer les armes et s’engager dans un dialogue politique », a déclaré vendred » ...la suite
Le chef et fondateur du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et ses trois compagnons resteront en prison jusqu’à la clô » ...la suite