Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Cameroun-Rca : vers une nouvelle crise à la frontière ?
Cameroun-Rca : vers une nouvelle crise à la frontière ?

Lu pour vous

 

https://actucameroun.com   par Médias

 

Cette zone est devenue une base arrière des forces rebelles repoussées par la Minusca à Zoukombo, une localité de ce pays voisin située à 17 km de Garoua-Boulaï.

La recrudescence de l’insécurité au niveau de la frontière entre le Cameroun et la République Centrafricaine (Rca) devient remarquable. Des sources sécuritaires postées de part et d’autre de cette zone limitrophe entre les deux pays, lancent l’alerte.

D’après elles, les différentes factions des groupes rebelles seraient en train de se reconstituer. «L’alliance de ces groupes rebelles avec d’autres mécontents de l’accord de paix inquiète Bangui qui redoute de nouvelles violences qui pourront avoir des répercussions au Cameroun, avec par exemple le flux massif des réfugiés», explique une source.

Depuis 2005, plusieurs milliers de Centrafricains, majoritairement Bororo, ont fui la Rca pour se réfugier au Cameroun dans la zone frontalière des régions de l’Est et de l’Adamaoua. Ce flux massif a atteint le sommet depuis les événements de mars 2013 lors du coup d’Etat conduit par la Seleka. Au cours de ce push, une combinaison des groupes armés contrôlée par Michel Djo-todia a chassé François Bozizé au pouvoir. A ce jour, selon le Haut-commissariat pour les réfugiés (Hcr), plus de 180.000 réfugiés centrafricains sont établis à l’Est.

Si le plan de reconquête du pouvoir par les groupes rebelles qui seraient en reconstitution se réalise, il est certain que cela va déclencher un nouveau flux des réfugiés sur le territoire camerounais avec de nombreuses conséquences sur les plans sécuritaire et humanitaire au moment où le budget du Hcr qui s’occupe de l’encadrement des réfugiés est en réduction. Il est donc urgent que les gouvernements camerounais et centrafricain pensent à la mutualisation de leurs forces afin de contrecarrer l’intention des groupes rebelles qui seraient en train de se reconstituer à leurs frontières pour mettre en péril la paix dans la sous-région.

Courant mars 2019, les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (Fdpc) ont érigé des barrages sur le corridor Cameroun-Rca au village Zoukombo. Ceux-ci protestaient contre la formation du nouveau gouvernement d’Union nationale après les accords de Khartoum dont les postes proposés ne convenaient pas à leurs aspirations. Comme conséquences, plus de 400 camions en destination de Bangui avaient été immobilisés à la frontière à Garoua-Boulaï, région de l’Est Cameroun. En riposte, les forces de la Minusca ont frappé et la bande était en débandade.

« Mais depuis quelques temps, le Fdpc a rejoint le groupe des « trois R » dirigés par Sidiki Abbas dans leur base à Bambari et d’autres groupes armés», rapporte notre source qui soutient également que « depuis un certain temps, on enregistre dans la région de l’Est, l’entrée de jeunes centrafricains détenteurs des cartes laisser-passer ». « Ces jeunes seraient les membres de ces groupes armés qui viennent pour le ravitaillement», pense-t-elle.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le trafic sur le corridor Brazzaville, au Congo, et Bangui, en République centrafricaine, vital pour les échanges commerciaux entre les pays, devrai » ...la suite
La décision des autorités camerounaises de maintenir les échanges avec les autres pays de la Cemac, en dépit de la fermeture des frontières déci » ...la suite
Le Président de la République Centrafricaine Faustin-Archange Touadera s’est rendu le 22 Avril dans la capitale de la République Démocratique du » ...la suite
Ce 13 avril 2020, entre en vigueur sur l’ensemble du territoire camerounais, la mesure gouvernementale imposant à toute la population le port du m » ...la suite
Ce 13 avril 2020, entre en vigueur sur l’ensemble du territoire camerounais, la mesure gouvernementale imposant à toute la population le port du m » ...la suite
Au Tchad, le président Idriss Déby annonce que Boko Haram a été chassé du territoire. Le chef de l’Etat tchadien qui s’est rendu sur le thé » ...la suite
Le Directeur général adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), le Chinois Tao Zhang a annoncé, le 2 avril 2020, que le FMI accorderait une a » ...la suite
La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme est montée au créneau. Elle dénonce l’existence de plus d’une dizaine de cachots s » ...la suite
Makaila Nguebla : les combats de Mboma dans le Lac Tchad, ont été d’une rare violence et une défaite véritable pour l’armée d’Idriss Deby p » ...la suite
Le chef de l'Etat Idriss Déby annonce le lancement à compter de ce dimanche matin de l'opération "Colère de Bomo" contre Boko Haram. "Nous devo » ...la suite