Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique. 23 miliciens tués dans des combats entre groupes armés
Centrafrique. 23 miliciens tués dans des combats entre groupes armés

RCA: nouveaux affrontements meurtriers entre milices à Birao

 

Par RFI Publié le 14-09-2019 Modifié le 14-09-2019 à 20:43

 

Selon la Minusca, de nouveaux affrontements entre milices ennemies ont fait 23 morts ce samedi 14 septembre à Birao, une ville du nord-est de la Centrafrique.

Dans l’extrême nord-est du pays, Birao avait déjà fait l’objet de combats au début du mois de septembre après la mort du fils du sultan de la ville. Entre les mains du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) depuis 2014, la ville avait alors été prise par le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ). Samedi de nouveaux affrontements ont été engagés.

Plusieurs sources parlent d’une offensive du FPRC pour reprendre la ville. Ce dernier dément, affirmant avoir riposté contre une nouvelle attaque de ses positions en périphérie de Birao. Un bilan de la Minuscala Mission des Nations unies en Centrafrique, fait état 23 combattants tués et plus d’une dizaine de blessés. Un casque bleu a également été légèrement blessé, précisé le porte-parole de la mission onusienne.

Sur le terrain, les travailleurs humanitaires n’ont pas pu apporter assistance aux plus de 13 000 déplacés samedi, les combats les obligeant à rester calfeutrés. Un cargo d’assistance humanitaire devait arriver de Bangui, mais a dû être reporté.

Le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, actuellement à l’étranger, regrette cette reprise des combats. Il appelle à ce que cessent ces affrontements fondés sur des manipulations ethniques, a-t-il déclaré. « Il n’est pas acceptable de la part de ceux qui prétendent représenter les populations de continuer les combats », insiste-t-il. Le ministre appelle à ce que les différents acteurs des groupes armés posent les armes afin de permettre notamment l’envoi de l’assistance humanitaire aux populations civiles.

 

 

Centrafrique. 23 miliciens tués dans des combats entre groupes armés

 

AFP le 14/09/2019 à 21h47

 

Au moins 23 miliciens ont été tués, samedi 14 septembre, dans de nouveaux combats dans le nord-est de la Centrafrique entre deux groupes armés pourtant signataires d’un accord de paix avec le gouvernement et entre eux, a annoncé la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

De nouveaux combats dans le nord-est de la Centrafrique ont tué 23 miliciens. « Un Casque bleu de la Minusca a également été légèrement blessé », a précisé Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca, la Mission des Nations unies en Centrafrique, sans préciser la nationalité de la victime. Un contingent zambien de la force multinationale est stationné dans cette zone.

L’affrontement a opposé à Birao dans la matinée des éléments du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ), qui s’étaient déjà battus début septembre à Birao, ville proche de la frontière soudanaise, a précisé le porte-parole de la Minusca. Ils sont signataires d’un accord de paix avec le gouvernement.

Situation tendue

« La situation reste tendue mais il n’y a plus de combats », a assuré Vladimir Monteiro dans la soirée.

Les premiers combats avaient duré trois jours du 1er au 3 septembre, et avaient fait « une vingtaine de morts » dont un civil, selon la Minusca. Le FPRC, l’un des plus groupes armés rebelles les plus actifs, avait alors retiré ses troupes de Birao, tout en conservant des positions dans les alentours.

Plusieurs responsables humanitaires s’étaient ainsi inquiétés d’une reprise des combats, alors que les tensions restaient vives entre les deux mouvements rebelles.

1 commentaire

P
Malgré l'accord de paix signé à Karthoum, les groupes armés n'ont pas renoncé à la violence ou ne parviennent pas à contrôler leurs bases.
Il convient que l'ensemble de la classe politique centrafricaine, que les membres de la société civile, les medias constituent un front uni
pour condamner que les membres de la société civile, les medias constituent un front uni
pour condamner sans réserve c
violences et soutenir l'action de la MINUSCA, les actions menées par les organismes humanitaires.
Il faut que tous ces acteurs s'organisent pour construire la paix aussi efficacement que les fauteurs de troubles.
La classe politique centrafricaine doit cesser de se diviser en poursuivant un seul objectif :la paix.



Il fautque tous ces acteurs s'organisent pour construire la paix aussi efficacement que ceux qui
violent, tuent et pillent.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
C’est l’une des voix les plus critiques, en France, sur la question du passé colonial, mais pas forcément l’une des plus écoutées. Son derni » ...la suite
C’est un rapport qui fait froid dans le dos. En effet, dans son dernier rapport, l’ONG Invisible Children dénonce plus de 300 attaques contre des » ...la suite
Un projet pour leur insertion sociale a été initié par les organisations humanitaires mais il a échoué. Installés en 2013 sur le site de Gaou » ...la suite
Le Soudan a décidé jeudi de fermer ses frontières avec la Libye et la Centrafrique pour des raisons de sécurité, la première mesure du genre pri » ...la suite
Trois importantes bases des 3R dans l’Ouham-Pende, ont été détruites ce jeudi 26 septembre par des forces onusiennes. L’information a été con » ...la suite
Après avoir réussi le test de la couverture santé universelle à Pissa dans la préfecture de la Lobaye, le Président TOUADERA a procédé la sema » ...la suite
Le travail de redéploiement de l’autorité de l’État se poursuit. Après une tentative avortée dans le weekend de déploiement des Forces armé » ...la suite
Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Fi » ...la suite
Le bilan des combats du samedi 14 septembre entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique s’élève désormais à trente-h » ...la suite
A trois mois et quelques semaines pour finir l’année 2019, la première session va débuter ce 23 septembre prochaine à la Cour d’Appel de Bangu » ...la suite