Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Macron appelle au respect des accords de paix
Macron appelle au respect des accords de paix

 

 

septembre 05, 2019  AFP

 

Le président français Emmanuel Macron a rappelé jeudi à son homologue centrafricain Faustin Archange Touadéra, en visite à Paris, la nécessité de "faire tous les efforts pour que l'accord de paix soit bien respecté par les groupes armés", a indiqué la présidence française.

Six mois après la signature de l'accord conclu en février entre le gouvernement et 14 groupes armés, la paix tarde à revenir en Centrafrique, où les provinces sont toujours contrôlées à 80% par les groupes rebelles.

Les combats entre groupes armés et les attaques contre la population civile se poursuivent -- meurtres, viols, braquages, détentions arbitraires, attaques sur les personnels humanitaires -- avec 10 à 70 violations de l'accord enregistrées chaque semaine par la Mission de l'ONU en République centrafricaine (Minusca).

Le chef de l'Etat français, qui avait déjà reçu M. Touadéra en septembre 2017, "a aussi rappelé au président centrafricain son attachement à l'organisation d'élections libres et inclusives" fin 2020 et ajouté que le partenariat entre la France et l'Afrique centrale était "indispensable notamment pour la sécurité avec les pays voisins".

L'Elysée n'a pas précisé si les deux hommes avaient parlé du rapprochement entre la Centrafrique et la Russie, qui préoccupe Paris.

L'ancienne colonie française de 4,5 millions d'habitants, classée parmi les pays les plus pauvres au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé.

La France y était intervenue entre 2013 et 2016 (opération Sangaris) pour faire cesser les violences.

Paris a remis en décembre dernier 1.400 fusils d'assaut aux forces armées centrafricaines (Faca), après avoir obtenu une exemption à l'embargo de l'ONU, tout comme la Russie, qui a fait une entrée remarquée dans l'ancienne colonie du "pré carré" français en livrant des armes aux Faca début 2018.

Actuellement l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national et des groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.

La France compte aujourd'hui quelque 300 soldats français en Centrafrique, qui mènent des actions de formation des forces armées nationales et assurent si nécessaire un appui à la force de l'ONU (Minusca, 13.000 hommes).

 

 

Rencontre Présidents F.A.Touadera et E.Macron : « La présence russe en République Centrafricaine a été également au menu de ces échanges », a rapporté la Présidence de la RCA 

 

Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a effectué une rencontre de travail ce matin du 05 septembre 2019 à l’Elysée avec son homologue français Emmanuel Macron.

Les échanges entre les deux hommes d’Etat qui ont été très fructueux, ont porté essentiellement sur le renforcement de la coopération bilatérale et multilatérale.

Au plan bilatéral, les deux chefs d’Etat ont réitéré la volonté de renforcer la coopération dans l’intérêt de leurs deux pays.

 

Sur le plan multilatéral, le Président Touadera a sollicité du Président Macron, l’accomplissement du défi de la mise en œuvre de l’Accord du 6 février, notamment l’opérationnalisation dans les meilleurs délais, des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité, solution transitoire au redéploiement des FACA et la mise en place de la Commission, Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation délai.

Quant à la MINUSCA, le Président Touadera a sollicité le plaidoyer de la France pour la mise en place d’un mandat qui tienne compte des recommandations de l’Accord politique pour la paix et la sécurité entre le gouvernement et les groupes armés.

 

La réactivation des commissions mixtes avec le Tchad et les autres voisins de la RCA comme le Congo RDC, le Soudan et le Soudan du Sud a été également à l’ordre du jour de ces échanges qui ont duré un peu plus d’une heure.

Notons que le Cameroun et le Congo Brazzaville ont récemment tenu des commissions mixtes avec la RCA.

 

Enfin, la question de la présence russe en RCA a été également au menu de ces échanges. Il en résulte que la RCA demeure un pays ouvert à toutes formes de coopération dans tous les domaines, notamment économiques, si elles sont basées sur le respect du code minier, des codes, des textes ou de la réglementation en vigueur.

Les questions de l’élection présidentielle et les législatives ainsi que la levée de l’embargo sur les armes ont été également abordées par les présidents Macron et Touadera.

 

Source : Présidence : La Renaissance

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
REACTION DU GOUVERNEMENT A LA CAMPAGNE DE DESINFORMATION SUR L'UE » ...la suite
Suite aux différentes crises politico-militaires récurrentes, avec leurs corollaires l’effondrement de l’Etat et ses difficultés objectives à » ...la suite
Le mouvement présidentiel en Centrafrique lance, ce vendredi, avec une trentaine de partis et associations politiques alliés, une plateforme de la m » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a reçu en audience M. Martin ZIGUELE, Président du Mouvement pour la Li » ...la suite
En Centrafrique, l’Autorité nationale des élections a confirmé hier la date du 27 décembre pour le premier tour de la présidentielle et des lé » ...la suite
Le Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-président de la Commission, Josep Borrell, a » ...la suite
L'émissaire de l'ONU pour la région des Grands Lacs, le Chinois Huang Xia, a souligné mercredi devant le Conseil de sécurité l'importance d'avoir » ...la suite
Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) a appris que le Bureau de l’Assemblée Nationale réuni le 16 avril » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a présidé une réunion le 11 avril qui a regroupé les membres de la Co » ...la suite
Quelque 110 députés centrafricains se déclarent favorables à une révision constitutionnelle de crainte que l'élection présidentielle, programm » ...la suite