Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Nouvelles nationales sur Ecofin
Nouvelles nationales sur Ecofin

RCA : la réhabilitation du tronçon Baoro-Boua sur la nationale N1, prévue en 18 mois, accuse du retard, avec seulement 18% d’exécution après 14 mois

 

(Agence Ecofin) 04 juillet 2019- C’est l’un des préoccupations qui était au centre des échanges ce 1 juillet au cours de la rencontre entre Président de la République, Faustin Archange TOUADERA et les cadres des ministères des Travaux Publics et de l’Entretien Routier ; des Finances et du Budget ; de l’Economie et de la Coopération ; de la Banque Mondiale et de la société SOGEA-SATOM.

Le délai d’exécution des travaux de la réhabilitation du tronçon Baoro-Bouar sur la nationale N1 dont le coût est estimé à 38 milliards de FCFA était de 18 mois. SOGEA SATOM la société adjudicataire du projet n’est qu’à 18% du taux d’exécution, quatorze mois après le lancement, a fait savoir Guismala HAMZA, ministre des Travaux Publics.

Afin d’accélérer les travaux, les techniques de la Banque Mondiale ont proposé d’ajouter un délai supplémentaire de quatre mois afin de boucler le projet.

La réalisation des travaux d’aménagement et de bitumage de la section de route Baoro-Bouar longue de 58 km, comprend en outre  la construction de deux (02) ouvrages d’art (ponts) de franchissement des rivières « Wens » et « Lobaye », y compris la réalisation des travaux de confortement sur les deux sections de la route Bouar vers Baboua et Fambélé vers Baboua.  

Le proje bénéficie d’un financement additionnel de l'Association Internationale de Développement (lDA) dans le cadre du Projet de Facilitation de Transports et de Transit en zone CEMAC-Composante Centrafricaine, pour un montant de 76,68 millions de dollars.

 

Romuald  Ngueyap

 

 

Centrafrique : le gouvernement institue une brigade spéciale pour sécuriser le corridor entre Bangui et Garoua-Boulaï au Cameroun

 

(Agence Ecofin) 04 juillet 2019- Le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) a mis sur pied sur une brigade de sécurisation sur le corridor reliant la capitale Bangui à la ville camerounaise de Garoua-Boulaï, vital pour le ravitaillement de ce pays enclavé.

Cette brigade spéciale chargée du convoyage est  composée essentiellement des militaires d’élite des Forces armées centrafricaines (FACA), avec pour mission la protection militaire des convois sur le corridor Bangui-Garoua-Boulaï.

Le dispositif vient en effet à point nommé. Ces dernières années, les kidnappings et meurtres, initiés par des coupeurs de route et rebelles, sont devenus récurrents sur cet axe, les marchandises et cargaison étant entièrement pillées.

Le corridor Bangui-Garoua-Boulaï est vital pour l'approvisionnement de la République centrafricaine en marchandises provenant du port de Douala. Coté camerounais, le gouvernement a également renforcé ces positions, en mars dernier, en dépêchant un contingent de 100 gendarmes appuyés par les unités spéciales de l’armée

 

Romuald Ngueyap

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, l’a déclaré hier à Paris, à l’occasion de la réunion des ministres des Finances et des responsab » ...la suite
Le Président de la République Faustin Archange Touadéra a officiellement lancé ce vendredi 4 octobre 2019 à Berbérati dans la Mambéré Kadéï, » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a annoncé une « refonte complète » de son secteur des diamants alluviaux. Un décret présidentiel signé le 30 » ...la suite
La première barrière légale des forces de défense et de sécurité au Pk 26 route de Boali dans la commune de Bégoua a été officiellement inaug » ...la suite
Sur le continent, le secteur des télécoms est particulièrement dynamique, contribuant tant à la croissance économique qu'à la réduction des in » ...la suite
L’activité économique s’affiche en bonne santé, avec plus de 330 000 m3 de grumes exportés en 2018, et des perspectives en hausse pour 2019 et » ...la suite
Les effets de la crise militaro-politique centrafricaine continuent de se faire sentir même après la signature de l’Accord Politique pour la Paix » ...la suite
Importations illégales des euros et dollars, ouvertures frauduleuses des comptes en devises, fonctionnement à découvert chez les correspondants…s » ...la suite
“Désastre écologique”, “fleuve pollué”, “santé publique menacée” : une commission d’enquête parlementaire en Centrafrique recomman » ...la suite
Des camionneurs camerounais, exaspérés des frais d’escorte qu’ils paient sur les convois Bangui-Garoua Boulaï, demandent la levée de ces charg » ...la suite