Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique : « Mon ambition est de faire de la RCA un pays sans armes » déclare Faustin Archange Touadera
Centrafrique : « Mon ambition est de faire de la RCA un pays sans armes » déclare Faustin Archange Touadera

 

Par Fridolin Ngoulou RJDH le 30/03/2019

 

« Mon ambition est d’user de toutes les stratégies possibles pour faire de la RCA un pays sans armes et qui se tourne résolument vers son développement », a-t-il déclaré à l’occasion de son l’an 3 à la magistrature suprême.

Dans son discours, le chef de l’Etat a cité les trois réalisations phares dont la sécurité, la restauration de la paix et la relance économique. Cette question de la sécurité restaurée dans plusieurs villes fait revenir la confiance entre l’Etat et le peuple.

Avec l’appui logistique de plusieurs partenaires et grâce à la dotation en arme par la Fédération de la Russie et la France, au moins 1.300 éléments des FACA sont redéployés aux côtés des forces de la police et de la gendarmerie dans 11 localités  du pays.

Faisons le bilan dans le domaine de la Sécurité, le président Touadera a souligné que pour restaurer la sécurité sur l’ensemble du territoire, un programme pilote du désarmement des rebelles a été mené avec succès avant le lancement du grand programme du désarmement. « La perspective actuelle est d’atteindre toutes les régions, surtout avec la signature de l’accord de paix avec les 14 groupes armés.

Pour la reconstruction de cette armée, quatre zones de défense militaire, un bataillon parachutiste et des forces spéciales ont été créés. La Loi quinquennale de programmation militaire 2019-2023 permettra aux FACA d’être dotées de moyens nécessaires pour leur restructuration. 1023 jeunes sont en recrutement dans l’armée et 232 ex-combattants ont été incorporés.

Au cours de cette troisième année, un accent particulier a été mis sur la réhabilitation des infrastructures militaires. Un financement de plus de un milliard, a été approuvé en vue de la réhabilitation de la garnison de Bouar, d’autres camps militaires ainsi que la construction des amerries.

L’armée nationale a été fragilisée depuis le coup d’Etat de la Séléka le 24 mars 2013. Sa reconstruction et son redéploiement après trois ans de pouvoir de Touadera s’effectue avec l’appui plusieurs partenaires de l’armée dont les USA, la Russie, la France, la Chine et l’Union Européenne à travers la mission EUTM-RCA.

1 commentaire

S

" Mon ambition est d’user de toutes les stratégies possibles pour faire de la RCA un pays sans armes et qui se tourne résolument vers son développement », a-t-il déclaré à l’occasion de son l’an 3 à la magistrature suprême. " :

1) Revoir l'attribution de la Nationalité centrafrià la magistrature suprême. " :

1) Revoir l'attribution de la Nationalité centrafricaine, avec des conditions sévères d'intégration avec les us et coutumes du peuple centrafricain Bantu Ubuntu, dont certains étrangers qui se disent centrafricains, ne sachant même pas soutenir une discussion âpre en Sangö. L'attribution de la Nationalité Centrafricaine ne sera pas automatique, du fait que l'on a fait 1 enfant sur le sol centrafricain, ou marié à une centrafricaine, non et non.

L'attribution de la Nationalité Centrafricaine se fera d'une manière solennelle et officielle devant les instances administratives de l'immigration.

Toutes les naissances en R.C.A sur le territoire centrafricain seront enregistrées à l'Etat civil, centralisées dans 1 fichier unique centralisé et sauvegardé pour suivre l'évolution de la population centrafricaine bantu et de la population étrangère dont les enfants sont nés sur le sol centrafricain (cela ne leur donne pas la nationalité centrafricaine, ces enfants gardent la nationalité de leurs parents).

Vu toutes ces mauvaises expériences de saccages des Mairies dans les provinces, l'anticipation est de rigueur (car la première fois on était surpris, mais s'il y une deuxième fois on ne doit plus être surpris, mais protéger les données administratives physiquement sur papier qui sont numérisées, stockées quelque part comme données capitales et importantes).

2) Le contrôle d'identité doit revenir en R.C.A.

3) Les contrôles aux frontières doivent reprendre, avec 1 fichier d'interdiction des personnes nuisibles pour la R.C.A.

4) Les transhumances avec les bétails, doivent faire l'objet d'1 CONTRÔLE au niveau des frontières centrafricaines avec les pays voisins de la R.C.A, afin de savoir s'il n'y a pas à travers cette transhumance le transport des armes.

5) Renouveler l'équipe des contrôles au niveau des frontières centrafricaines, pour que l'habitude de "goro" ne s'installe pas, car c'est aussi 1 des CANCERS, qui a plongé la R.C.A dans cette situation d'instabilité sécuritaire, par les multiples groupes armés, et aussi de ces propagandistes de malheur qui ont utilisé ces groupes armés comme des pions dont ils n'ont absolument rien à foutre d'eux.

6) Le contrôle de la gestion de garnison et sécuritaire des dépôts d'armes renforcés, par des critères de rigueur et vigueur en cas de manquement à la PROCEDURE pratique d'utilisation des armes dans les FACA. La hiérarchie de l'institution militaire centrafricaine doit veiller en tant que responsables, parmi les officiers et sous-officiers, pour l'utilisation de ces armes par les soldats dans le cadre de leurs missions (sortie d'armes / retour d'armes sur le lieu de stockage). Tout manquement à la PROCEDURE d'utilisation des armes, passe par une justification devant les instances militaires, assistées de la Société civile, en tant qu'observateur. Puisque le passé à démontrer que les armes des FACA ont été pillées et utilisées pour tuer des civils centrafricains ( c'est mettre des garde-fous, pour éviter des dérives, et que les instances militaires ne pensent pas que la Société civile est là pour les contrôler, non, ce n'est pas le rôle de la Société civile de gérer l'aspect militaire, mais en tant qu'observateur dans une situation de dérive par les soldats, c'est bien que les représentants du peuple centrafricain soient au courant).

7) Mettre au service de la Police des frontières, des Douanes de la frontière et des Forces de Défense de la frontière, l'accès numérisé du fichier unique de l'ensemble des groupes armés qui vont suivre le plan DDR, dans le cas s'il y a récidive d'utilisation d'une quelconque arme sans permis de port d'armes ou une arme de guerre, la mise aux arrêts de l'individu est automatique, pour 1 transfert devant les autorités militaires, administratives et les exécutifs de l'Etat centrafricain, pour prendre les décisions applicatives.

8) Toute la poudrière des FACA, qui est partie dans le monde civil (armes et munitions), fera l'objet de campagne de sensibilisation, dans les différents quartiers et de l'appui des chefs de quartier, pour que ceux qui sont en possession d'une arme de guerre puisse les déposer dans le lieu sécurisé de restitution, pour une destruction, vu les conditions de stockage ou de maintenance qui pourraient faire plus de dégâts qu'autre chose.

9) Il ne faudra pas que le centrafricain qui serait en possession d'arme de guerre en tant que civil, ne s'attende pas à avoir une rétribution financière, par rapport à une restitution d'arme et munitions et que l'Etat centrafricain est ouvert à accueillir ces personnes qui vont faire 1 acte patriotique pour la sérénité, la paix. Car il n'existe pas 1 document de port d'arme de guerre pour les civils.

10) Toutes demandes de port d'arme doivent être faites auprès des autorités centrafricaines, pour identifier le propriétaire d'arme et identifier l'arme du propriétaire (cela fait 2 identifications pour une attribution, à qui appartient une arme (le propriétaire) et quel est le type d'arme, de calibre d'arme (arme à identifier). 1 fichier unique doit être aussi mis à la disposition des autorités centrafricaines au niveau de nos frontières, pour une vérification de contrôle et de routine ( certaines routines peuvent déboucher sur une grosse prise non autorisée).

11) Bon c'est une ambition à atteindre, mais quelle est la possibilité donnée aux centrafricains Bantu Ubuntu, de pouvoir se défendre, de tous ceux qui ne comprennent absolument pas le savoir vivre centrafricain bantu, avec nos us et coutumes, qui font partie de notre vie, et en n'aucune façon nous allons changer nos us et coutumes, pour des coutumes venues d'ailleurs qui ne sont pas les nôtres, car nous sommes sur une terre Bantu Ubuntu, aucune autre us et coutumes ne viendront d'ailleurs, nous imposer quoi que ce soit.
C'est aux étrangers de s'adapter à nos us et coutumes et non à nous de nous adapter à eux, c'est une réalité dont les centrafricains Bantu Ubuntu ne se laisseront pas faire, parce que c'est ainsi et que ces gens doivent le savoir. Si leurs spécialités c'est de foutre la merdre, le bordel et bien qu'ils aillent sur une terre autre que la R.C.A où ils vont trouver les mêmes codes de vie, codes vestimentaires, et façon de faire qui leur correspondent.
Pour revenir à la question de fond, comment 1 Bon Père et 1e Bonne Mère de famille vont faire pour protéger leurs enfants, en cas d'utilisation d'armes de guerre, d'armes blanches, de voir leurs maisons brûlées, parce que l'autre qui a du mal à comprendre nos us et coutumes, met le chaos du fait qu'il a une arme et des munitions. Comment le centrafricain Bantu Ubuntu va protéger sa famille, avant que les autorités officielles centrafricaines arrivent sur le terrain pour constater les dégâts ?
Continuer à se faire canarder par ceux qui ont créé leurs propres désespoirs et déboires par rapport aux paroles mielleuses des propagandistes de malheur, qui n'ont rien à foutre de tous ces porteurs d'armes et de munitions de guerre qui ont pris l'axe du mal en R.C.A, et que les centrafricains en ont plus qu'assez, pour rester poli, là le vase déborde…..

12) Une fois que la phase du DDR pour l’ensemble de ces 14 ou 15 groupes armés terminés, la reconduite à la frontière des étrangers qui faisaient partie de ces groupes, doit être automatique, car la R.C.A, n’a pas la vocation de prendre sur son sol Bantu Ubuntu, tous les étrangers non désirés dans leurs pays, pour venir créer du désordre chez nous.
Il en va de l’esprit patriotique, de la préservation de notre IDENTITE unique à cause de nos us et coutumes, qui font que nous avons une particularité unique et c’est ainsi. Si nous ne veillons pas à cette particularité unique, alors notre IDENTITE va disparaître et pour cela le centrafricain Bantu Ubuntu doit prendre la dimension de son IDENTITE, comme notre espace de vie vitale, où il fait bon de vivre avec la paix et non l’esprit de guéguerre à tout bout de champs, nous ne sommes pas incapable de faire la guerre et donner du répondant, cela est faisable, nous ne voulons plus cet esprit des Séléka et leurs propagandistes de malheur et les groupes armés confondus sur le sol centrafricain Bantu Ubuntu, même si pour le moment ils se sentent forts avec leurs armes de guerre.

13) Ceux qui veulent intégrer les FACA, s’ils pensent qu’ils viennent dans cette Institution Militaire Académique avec une double face dans leurs têtes, ce n’est même pas la peine, de chercher à candidater. Parce que « l’Aura » des FACA des années 70, doit revenir en tant que FACA, mais pas des soldats de pacotilles qui confondent et mélanges différent galons sur leurs épaulettes, qui fait penser que la personne avec ces grades est à la fois Soldat de première classe et Général de quoi en même, c’est du déjà vu dans la Transition1.

14) Pour votre ambition :
« pour faire de la RCA un pays sans armes et qui se tourne résolument vers son développement » :
a) un pays sans armes :
il y a certains préalables qui sont cités un peu plus haut, et que le ménage sans ménagement doit se faire, sans état d’âme du renvoi des étrangers qui faisaient partie de ces groupes armés, dans leurs pays d’origine. Ils sont venus tués en R.C.A, au nom de qui, de quoi devrait-on les garder en R.C.A ?
Les centrafricains Bantu Ubuntu civils qui ne font pas partie des groupes armés confondus, qui ont des armes de guerre dans 1 esprit d’auto-défense, doivent ramener ces armes à l’Etat centrafricain (il n’existe pas que l’on sache une autorisation de port d’armes de guerre pour les civils !!!).

Le plan DDR doit s’appliquer à tous les groupes armés confondus et même les groupes armés hésitant à revenir sur le chemin de la paix (qui se plaisent dans les exactions, car ils n’ont plus une revendication valable qui justifie leurs maintiens dans la brousse en armes et munitions pour voler et tuer les civils). Le temps de la Transition1 est finie, à cause de votre mauvaise gestion des choses de l’Etat sur 10 mois, qui est le résultat de votre renvoi par la CEMAC, car ce n’est pas la faute de BOZEZE qui avait quitté la R.C.A, ce n’est pas la faute aux centrafricains Bantu Ubuntu qui étaient sans les FACA. Mais c’est votre faute et celle de vos propagandistes de malheur qui vous ont propulsé sur l’axe orbital du mal et vous ont laissé tomber, car ils avaient oublié qu’en R.C.A, nous sommes sur une terre Bantu Ubuntu. Et cette réalité de l’échec de votre gestion du pouvoir en R.C.A en 10 mois, vous devriez l’intégrer dans votre CV, parce que c’est une réalité que vous ne pouvez renier, cela s’appellera du déni.
Mr le Président TOUADERA, nous aimerons y croire que votre ambition ne sera pas de l’utopie, à condition que les autres doigts contribuent à enlever les « Siri » de la tête, qui sont des équations à plusieurs inconnues ? 1 seul doigt ne peut pas enlever les « Siri » sur la tête. Et pourtant ces autres doigts peuvent aller dans le sens de votre ambition, mais mettez les autres doigts tous confondus autour d’une table et parler sans détour :
 Si tous les doigts ont 1 regard vers le développement de l’Ethiopie, alors tous les doigts feront 1 effort de comprendre….
b) qui se tourne résolument vers son développement :
le développement est faisable, à condition que l’on expulse les fouteurs de trouble et les propagandistes de malheur qui utilisent les pions.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le président de la République centrafricaine, déchirée par la guerre, a averti dimanche que la stabilité en Europe était conditionnée à la sta » ...la suite
Lors de la conférence de presse hebdomadaire du mouvement cœurs unis (MCU) de Faustin Archange Touadéra, animé par son porte-parole Evariste Gaman » ...la suite
Le 15 septembre 2019, lors de l’inauguration de la 33e Rencontre internationale de prière pour la paix, le président de la République centrafrica » ...la suite
Faustin-Archange Touadéra, le président de la République Centrafricaine est l’une des personnalités du monde politique qui prend part à la renc » ...la suite
La rencontre annuelle de la communauté Sant’Egidio se tient jusqu’au 17 septembre à Madrid, autour du thème la “Paix Sans frontières”. 300 » ...la suite
La visite du Président Faustin-Archange Touadera à l’Élysée, jeudi 5 septembre 2019, semble avoir été plus féconde que sa précédente rencon » ...la suite
Le président de la République centrafricaine a rencontré Emmanuel Macron pour désamorcer les tensions nées du rapprochement avec Moscou. La pa » ...la suite
Le président français Emmanuel Macron a rappelé jeudi à son homologue centrafricain Faustin Archange Touadéra, en visite à Paris, la nécessité » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadera a effectué une rencontre de travail ce matin du 05 septembre 201 » ...la suite
Dans l'agenda du président français Emmanuel MACRON de ce début du mois de septembre, le site du palais de l’Elysée annonce que le président de » ...la suite