Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » DESTABILISATION DU CENTRAFRIQUE : Après Patassé et Bozizé, Déby se prépare-t-il à chasser Touadéra du pouvoir ?
DESTABILISATION DU CENTRAFRIQUE : Après Patassé et Bozizé, Déby se prépare-t-il à chasser Touadéra du pouvoir ?

 Lu pour vous 

 

http://www.afriqueeducation.com Mardi 1 janvier 2019 à 11:11

 

Après 2003 et 2013, le sultan du Tchad, Idriss Déby Itno, est en train de se lancer dans une troisième aventure militaire en Centrafrique. Comme les deux précédentes qui entraînèrent le départ d'Ange-Félix Patassé (2003) et de François Bozizé (2013), celle de 2019 aura pour but d'évincer le président, Faustin-Archange Touadéra, du pouvoir. Comme les deux autres qui furent soutenues par Jacques Chirac et le "silence" de François Hollande, l'actuelle opération militaire est parrainée par le jeune président français.

C'est le rôle dans lequel excelle Idriss Déby Itno : déstabiliser ses voisins, surtout, surtout, le Centrafrique. Il n'est pas à son coup d'essai. En 2003, en plein Sommet de la Censad, à Niamey, alors que les deux frères ennemis, le Centrafricain, Ange-Félix Patassé, et le Tchadien, Idriss Déby Itno, sous la supervision du président du Niger de l'époque, Mamadou Tandja, étaient conviés sous la tente du Guide libyen, Mu'ammar Kadhafi, pour boire du thé et sceller une réconciliation à coups de milliards de F CFA octroyés par Kadhafi, Idriss Déby Itno (conseillé par les Français) avait, déjà, ordonné à 7.000 soldats tchadiens d'envahir le Centrafrique. Tardivement mis au courant, Patassé quitta Niamey, en catastrophe pour rallier Bangui où son avion se vit opposer une autorisation d'atterrir. C'est ainsi qu'il ordonna à son pilote de mettre le cap sur Libreville où le patriarche Ondimba, lui conseilla, plutôt, d'aller, momentanément, à Yaoundé, au Cameroun, le temps pour lui de tenter une médiation avec le preneur du pouvoir à Bangui. La négociation n'aboutit pas. Avec le soutien de Jacques Chirac, le général, François Bozizé, fut installé à Bangui. Il y resta pendant dix ans, sans problème, jusqu'au moment où il commença à vouloir s'émanciper de la tutelle de Déby. Mécontent que le Centrafrique lui échappe, le sultan Déby organisa la rébellion des Sélékas pour chasser Bozizé du pouvoir. A l'époque, Faustin-Archange Touadéra officiait comme premier ministre de François Bozizé, avant de céder, par la suite, sa place à Me Nicolas Tiangaye, après un Sommet (de réconciliation) tenu à Libreville, sous les auspices du président, Ali Bongo Ondimba, et plusieurs chefs d'Etat de la sous-région, y compris, Yayi Boni, à l'époque, président du Bénin et président en exercice de l'Union africaine.

En 2019, l'histoire risque de se répéter. Les difficultés de Touadéra s'accentuent de jour en jour. Arrivé au pouvoir en mars 2016 avec une rébellion qui n'occupait que deux départements, il a réalisé une performance extraordinaire en permettant la multiplication des groupes armés qui, aujourd'hui, occupent quatorze départements sur seize, sans compter la capitale Bangui qui n'est plus, totalement, sous contrôle. Le bilan sécuritaire de l'actuel président parle, donc, de lui-même.

Pour faire face à cette situation, l'armée française ayant été rapatriée (au nom des restrictions budgétaires de Paris), le président Touadéra a choisi de faire appel à l'expertise russe. Mais de livreurs d'armes et de munitions, les Russes (l'appétit venant en mangeant) sont devenus des formateurs de la nouvelle armée centrafricaine, et opèrent, aujourd'hui, dans les mines, les forêts et bientôt le pétrole, ce qui est très inquiétant pour Déby. Car qu'on se souvienne que c'est la décision d'exploiter le pétrole centrafricain qui avait fait tomber Patassé et Bozizé, le Tchad et le Centrafrique partageant la même nappe de pétrole qui fait, depuis plusieurs années le bonheur de Déby, mais qui peut tarir, rapidement, si le Centrafrique, situé en aval, se lançait, à son tour, à son exploitation.

En ce moment même, il y aurait des mouvements  de troupes tchadiennes vers la frontière tchado-centrafricaine. Pour la troisième fois, Idriss Déby a décidé d'envoyer des soldats tchadiens qui, cette fois, vont se fondre avec les rebelles centrafricains avec l'appui bienveillant du jeune président français, qui n'accepte pas la présence des Russes dans son pré-carré centrafricain. Son voyage de deux jours, en décembre dernier, à N'Djamena, a été, essentiellement, motivé par cette question, même si celui-ci a été habillé par quelques aides budgétaires, pour émanciper des femmes tchadiennes et financer des législatives avant juin. Pour la plupart des observateurs avertis de la scène tchadienne, ces appuis financiers annoncés par le jeune président français au sultan du Tchad, ne seraient qu'une récompense de l'action déstabilisatrice que Déby s'apprête à mener en Centrafrique.

Reste que rien n'est joué. Déby, ici, aura à faire à Vladimir Poutine que même Donald Trump craint et respecte.

Les Russes sont en train de s'implanter, durablement, en Centrafrique avec l'accord d'un pouvoir élu démocratiquement par le peuple centrafricain. Même en se fondant dans les Sélékas pour mieux réussir leur coup d'état, les soldats tchadiens trouveront à qui parler car les Russes ont la possibilité de se servir, aussi, des rebelles soudanais et sud-soudanais pour éviter d'exposer leurs propres soldats dans les affrontements. Ce n'est donc pas une partie de plaisir pour le sultan et grand déstabilisateur de la sous-région Idriss Déby Itno.

Cela dit, un enseignement se dégage : empêtré dans d'insurmontables problèmes en France, le jeune président français locataire de l'Elysée n'hésite plus à porter le casque colonial pour tenter d'obtenir en Afrique, ce qui peut l'aider à compenser quelque peu son manque à gagner en France où les caisses vides n'arrivent pas à satisfaire les revendications des Gilets Jaunes.

 

2 commentaires

S
Que chaque pays s'occupe de ses propres problèmes d'abord et ne pas fourrer son nez dans les affaires des autres.
Si la R.C.A possède du pétrole sous son sol, c'est pour les centrafricains d'abord et cela n'est pas 1 dérangement pour les pays voisins (Congo-Brazzaville, Soudan et Soudan-Sud, Tchad, Gabon etc pas 1 dérangement pour les pays voisins (Congo-Brazzaville, Soudan et Soudan-Sud, Tchad, Gabon etc...). Depuis quand les centrafricains ont empêché les tchadiens d'exploiter leurs pétroles sur le sol tchadien ?

La R.C.A va exploiter son pétrole, car c'est ainsi et que la diversité d'activités doit se faire au niveau de la R.C.A, pour ne pas se consacrer à 1e seule activité du pétrole.
Sachant que l'1 des 2 pays a pris plus du fric pour exploiter le pétrole et acheter les armes sur armes et à oublier les infrastructures, le côté social, la santé et l'emploi. Après tout c'est une stratégie de développement pour ce pays voisin, mais cette stratégie de développement de ce pays voisin ne se fera pas au détriment de la R.C.A.

Nous centrafricains avons 1 autre objectif.

Donc le deal entre le sultan du Tchad avec Emmanuel MACRON de la France, n'engagent que ces 2 personnes qui ont le même dénominateur commun qui est le fric pour résoudre le pouvoir d'achat des "Gilets Jaunes en actes 8" en France et le fric au Tchad pour résoudre l'aspect social du peuple tchadien, brefffff….tout ce tralala ne sera pas au détriment de la R.C.A, que la Société Civile tchadienne en prenne conscience…et actes de ses manigances, car c'est l'homme qui fait l'histoire et non l'histoire qui fait l'homme...

Quand à nous centrafricains, il va falloir savoir réagir à certaines presses que les gens publient sur la R.C.A, il faut perdre cet attentisme et savoir réagir à temps et contre temps lorsque certaines informations visent la R.C.A, c'est comme s'il n'y a pas des analystes centrafricains pour faire des critiques positives et défendre nos intérêts ? Et même de fois si l'on réagit à certaines publications, les commentaires ne sont pas mis en ligne, alors à quoi cela sert de publier les éditos que mettez en ligne ? Il y a une certaine incompréhension, brefff….

Ceux qui se disent "panafricaniste" pour les intérêts de l'Afrique, ne doivent pas se mettre en situation d'ambiguïté, du moins s'ils sont panafricanistes dans l'âme, à moins qu'ils sont des panafricanistes virtuels, car le virtuel restera que du virtuel et rien d'autre.
» lire la suite
Z
je ne comprend pas l attitude de ce deby qui veux aider les francais a mieux l exploiter.je voudrais dire ace deby que son probleme c est la france et le probleme de la rca c est aussi la france alors dou vient il qu il ne comprenne pas cela il suffit que la france lui offre quelque centime pour qu il le lance cont il ne comprenne pas cela il suffit que la france lui offre quelque centime pour qu il le lance contre son voisin sans armee.qu il vienne dieu seul sait comment cela va se terminer. ces minable de francais n ont plus les moyens de leur politique depuis le president trump leur a tourner le dos,les russes sont en centrafrique maintenant francais venez avec vos marrionnettes tchadiens on verra qui va gagner entout cas ce ne sera pas vous francais » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les autorités et les quatorze groupes rebelles signataires de l’accord de paix en Centrafrique se sont mis d’accord, le 20 mars à Addis Abeba, e » ...la suite
«Je suis heureux d'annoncer qu'aujourd'hui au siège de l'Union africaine, les signataires ont trouvé un accord sur un gouvernement inclusif en Cent » ...la suite
Son avenir politique se joue peut-être au cours des négociations qui se sont ouvertes à Addis-Abeba pour tenter de sauver l’Accord de paix signé » ...la suite
Les Présidents Félix Antoine Tshilombo et Faustin-Archange Touadera se sont entretenus en tête-à-tête lundi, à la Cité de l’Union africaine. » ...la suite
Le 8 mars 2019, la CRPS de Me Nicolas TIANGAYE, le RPR de Ferdinand Alexandre NGUENDET et le MDREC de Joseph BENDOUNGA avait rendu publique une "Déc » ...la suite
L’Assemblée nationale centrafricaine a ouvert sa session ordinaire 2019 le 1er mars 2019. Cette session devra tabler sur des textes favorisant la m » ...la suite
La route d’approvisionnement du Cameroun était toujours coupée samedi par le groupe armé FDPC en contestation. Au cours de cette semaine, une diz » ...la suite
Le Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC) a dénoncé dans une conférence de presse ce 5 février à Bangui, le caractère non inclusif du G » ...la suite
Le gouvernement dirigé par Firmin Ngrébada continue d'être critiqué par les parties signataires de l'accord de paix promulgué le 6 février à Ba » ...la suite
Après le remaniement ministériel, censé symboliser la mise en œuvre de l'accord de Khartoum conclu le mois dernier entre groupes rebelles et autor » ...la suite