Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA: fin d'une première session criminelle 2018 globalement réussie
RCA: fin d'une première session criminelle 2018 globalement réussie

Par RFI Publié le 01-09-2018 Modifié le 01-09-2018 à 22:24

 

La première session criminelle à Bangui de l'année 2018 qui s'est tenue du 16 juillet au 31 août s'est achevée vendredi 31 août. Cette reprise en main de la justice, qui participe au redressement de l'Etat centrafricain malgré certaines lacunes dans les procédures.

La session criminelle s'est terminée vendredi avec l'affaire d'un accusé reconnu coupable de coups mortels - un mandat d'arrêt a été lancé contre lui. Une condamnation par contumace à vingt ans de travaux forcés.

Le procureur Eric Didier Tambo se félicite de la tenue de cette session criminelle. 26 dossiers étaient inscrits aux rôles, 15 ont été jugés, 11 renvoyés. La priorité a été donnée aux cas des accusés déjà arrêtés et détenus. Mais les autres ne sont pas oubliés, rassure-t-il.

« Et pour le fait que certains dossiers que les victimes n'ont pas pu voir évoquer et que les criminels sont en cavale leur a fait un peu de mal. Mais nous pensons que la justice va lentement mais sûrement. Ce qui est sûr, c'est que ce sont des crimes imprescriptibles. Tôt ou tard la justice va les rattraper et ils vont répondre devant la justice. »

Le projet conjoint de la FIDH a mené une veille tout au long de cette session criminelle. « Le fait que la machine pénale se remette en route est tout à fait encourageant en ce qu'elle soustrait les vélléités de vengeance des individus. Néanmoins on peut déplorer que certaines affaires n'aient pas abouti à des condamnations pour crime de guerre ou crime contre l'humanité à cause de certaines lacunes dans les enquêtes », explique Pierre Brunisso, coordinateur du projet.

Un processus positif donc malgré quelques problèmes de procédures qui ont été relevés par des avocats, comme la non communication dans les temps des dossiers à la défense, des victimes pas toujours prévenues à temps pour assister aux processus judiciaires, ou encore des difficultés pour les accusés de se défendre et de suivre leur propre procès faute de traducteur...

Certains très attendus comme celui du le chef du FPRC   ont été renvoyés. Certains dossiers pourraient être délégués à la Cour pénale spéciale qui doit commencer ses travaux prochainement.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
(Rappel) – Des crimes et autres graves violations des droits humains ont été commis et continuent de l’être par l’ex-président François BOZ » ...la suite
Le Conseil européen des Affaires étrangères prévu lundi à Bruxelles, abordera, à l’initiative de la France, plusieurs points africains, partic » ...la suite
Mankeur Ndiaye, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine (RCA) et Chef de la Mission multidimensionnelle int » ...la suite
La France a pris pour la deuxième fois depuis 2016 le commandement de la mission européenne EUTM-RCA. Le général Eric Peltier remplace le portugai » ...la suite
La Centrafrique recevait vendredi 12 juillet la visite de Federica Mogherini, Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangèr » ...la suite
A côté des nombreux progrès réalisés par les émissaires et autres agents des Nations unies pour un retour définitif de la paix en Centrafrique, » ...la suite
Dans la foulée de la nomination en juin 2019 du nouvel Ambassadeur de Russie au Mali est signé, en marge du Forum militaire et technique, un Accord » ...la suite
« 300 soldats détachés, le réarmement par des pros des postes clés, un budget revu à la hausse pour l’antenne locale de l’AFD : ce retour a » ...la suite
La ministre des Armées de la République française séjourne dans la capitale centrafricaine, au moment où son pays prend la relève du Portugal, » ...la suite
Le procès Balkany a exploré les aventures de Patrick en Afrique, aux côtés du Belge George Forrest. 5 millions pour une villa au Maroc. Avant une » ...la suite