Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Situation humanitaire "désastreuse" à Alindao en Centrafrique
Situation humanitaire

03 septembre 2018 AFP

La situation humanitaire à Alindao, ville charnière du sud-est de la Centrafrique, est "désastreuse" à cause de la présence de groupes armés en ville, a estimé lundi le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

A cause des combats en ville et autour, "plus de 37 000 personnes sont réparties dans 5 sites" de déplacés, a indiqué Ocha dans un communiqué.

La présence d'hommes armés au sein de certains de ces sites de déplacés, "notamment celui de l'évêché", compromet l'assistance humanitaire.

"La ville d'Alindao est sous le contrôle de groupes armés, réduisant à néant le rôle des autorités locales (sous-préfet et Maire)", a précisé Ocha, qui souligne que la ville n'est accessible que par avion et par la route vers Bambari.

"Les rations actuelles (de l'assistance alimentaire) ne couvrent que 15 jours par mois", a souligné Ocha.

"Aujourd'hui, plus aucun élève n'est scolarisé dans le secondaire et les examens de fin d'année n'y ont plus eu lieu depuis deux ans", a encore relevé l'organisation onusienne, pour qui "seuls 5 800 enfants seraient inscrits à l'école primaire grâce à l'appui des humanitaires, alors qu'ils étaient 35.000 en 2016".

Alindao est une ville charnière du sud-est de la Centrafrique, sur la seule route qui mène à Bangassou et Obo.

Longtemps la principale base du groupe armé Union pour la paix en Centrafrique (UPC, l'un des principaux groupes armés de l'ex-coalition Séléka, dirigé par Ali Darassa),

 la ville a été théâtre de combats entre groupes armés ces derniers mois.

Un humanitaire y a été tué début août, et deux Casques bleus ont perdu la vie depuis six mois dans la zone.

"L'accès aux autres localités et axes routiers autour de la ville est très difficile" en raison "d'affrontements fréquents entre groupes armés rivaux", a corroboré lundi l'ONU.

Depuis 2013, la quasi-totalité de la Centrafrique vit sous la coupe de groupes armés et de milices qui commettent d'innombrables violences et exactions.

La chute cette année-là du président François Bozizé, renversé par l'ex-rébellion de la Séléka qui se proclamait protectrice des musulmans, avait entraîné une contre-offensive des milices antibalaka, prétendant défendre les non-musulmans.

Groupes armés issus de la Séléka et milices s'affrontent aujourd'hui pour le contrôle des ressources dans ce pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde, mais riche en diamants, or et uranium.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le Gouvernement centrafricain sollicite le soutien de la France afin de plaider pour la levée totale de l’embargo infligé à la RCA par le Conseil » ...la suite
Des compagnies minières chinoises responsables « d'un désastre écologique dans la région de Bozoum » au nord-ouest de Bangui, c'est ce que déno » ...la suite
Après une longue journée de travail, les ennuis ne font que commencer pour Mélanie. Car à l'instar de nombreux Banguissois, elle se trouve en conf » ...la suite
Le bilan du clash des deux groupes d'autodéfense rivaux entre mercredi et jeudi dans la capitale centrafricaine Bangui est passé à une vingtaine de » ...la suite
Le km 5 dans le 3e arrondissement de Bangui a basculé mercredi et jeudi dans la violence. Des heurts opposant deux groupes armés du secteur ont fait » ...la suite
L’ancien chef de guerre Nouredine Adam, l’un des cerveaux du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), met un peu d’eau dans s » ...la suite
Le chef de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC, groupe armé) Ali Darass a ordonné que toutes les barrières dans la zone sous le contrôle d » ...la suite
Quatre personnes ont été tuées et 26 blessées mercredi soir et jeudi au cours d’une reprise des affrontements entre des commerçants et des mili » ...la suite
Des tirs à l'arme légère et parfois lourde ont secoué mercredi soir et jeudi le Pk5. Des sources concordantes parlent d'un malentendu entre deux g » ...la suite
Deux factions d’autodéfense du Km5 se sont affrontées depuis dans la nuit du mercredi 10 à jeudi 11 juillet. Le bilan fait état de deux personne » ...la suite