Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Fibre optique du Congo avec le Cameroun et à la Centrafrique
Fibre optique du Congo avec le Cameroun et à la Centrafrique

Plus que 10 entreprises en lice pour réaliser les liens de fibre optique du Congo avec le Cameroun et à la Centrafrique

 

(Agence Ecofin) lundi, 03 septembre 2018 16:23 - Elles étaient au départ plus de vingt-quatre entreprises intéressées par la construction des infrastructures de fibre optique qui relieront le Congo au Cameroun et à la Centrafrique, dans le cadre du projet Central Africa Backbone (CAB). Puis elles sont passées à dix-sept pour finir à dix après l’ouverture des dossiers de soumissions aux appels d’offres internationaux, le 30 août 2018. 

Sur les sept dernières entreprises écartées, certaines se sont désistées face à l’ampleur des travaux, constatée lors de la visite des sites des chantiers en juillet dernier. D’autres, par contre, ont vu leur candidature rejetée après examen de leur dossier de soumission.  

Selon Guy Roland Simba, le président de la cellule de passation des marchés publics au sein du projet CAB, composante Congo, avec l’ouverture des plis des soumissionnaires qui réduit le nombre d’entreprises en lice, la première étape conduisant à l’attribution des différents marchés, en conformité avec les textes en vigueur, vient d’être franchie.  

Les travaux d’interconnexion du Congo avec le Cameroun et la Centrafrique sont divisés en lots.

Pour le Cameroun, il s’agit des travaux de génie civil, la fourniture et la pose terrestre de la fibre optique, la construction des sites techniques sur l’axe Ouesso-Sembe, Souanké et Ntam, à la frontière.

Pour la Centrafrique, les lots à réaliser portent sur les travaux de génie civil, la construction d’un réseau sous-fluvial en fibre optique à partir de la Sangha, couplée à la fourniture et la pose sous-fluviale de la fibre, la construction des sites techniques sur l’axe Pokola-Ouesso-Kabo-Bomassa-Bayanga-Salo.  

Financés grâce au soutien, à 78,2%, de la Banque africaine de développement (BAD), les projets ont une valeur globale estimée à 43 658 000 000 FCFA. La durée des travaux d’interconnexion par fibre optique est fixée à huit mois pour le Cameroun et sept mois pour la Centrafrique.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, le ministre des mines annonce une chute considérable de la production du diamant dans le pays depuis la reprise des exportations en » ...la suite
Le ministre des Mines et de la Géologie, Léopold Mboli Fatrane, a pris, lundi 4 février 2019 à Bangui, un arrêté portant saisie conservatoire de » ...la suite
Soucieux du développement rural en République Centrafrique, le Représentant de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agri » ...la suite
Je voudrais tout d’abord remercier très sincèrement le Commissaire Paix et Sécurité de l’Union africaine, Monsieur Chergui et Monsieur le Secr » ...la suite
Un groupe d’expert onusien révèle que la principale source de financement des groupes armés en Centrafrique est le trafic de diamant. C’es » ...la suite
En Centrafrique, le trafic de diamants continue de financer les groupes armés. C'est une des conclusions du rapport du groupe d'experts des Nations u » ...la suite
La production de diamants bruts en République centrafricaine a connu une lourde baisse cette année. D'après, le ministère en charge du secteur min » ...la suite
Plus qu’une surprise, le port de Douala vient de recevoir à Paris l’Oscar du leadership et de l’innovation . Cette infrastructure qui a per » ...la suite
La Banque africaine d'import-export (Afreximbank) a une nouvelle recrue : la Centrafrique. Le pays de Faustin-Archange Touadéra a officialisé son ad » ...la suite
Félix Moloua, ministre de l’Economie et Joël Tokindang Sibaye, le Représentant de la Banque africaine de développement (Bad) en Centrafrique ont » ...la suite