Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » RDC: Bemba exclu de la présidentielle (Cour Constitutionnelle)
RDC: Bemba exclu de la présidentielle (Cour Constitutionnelle)

 

Kinshasa - AFP / 03 septembre 2018 22h15 - L'ex-chef rebelle Jean-Pierre Bemba est exclu de l'élection présidentielle prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo en raison de sa condamnation pour "subornation de témoins" par la Cour pénale internationale (CPI), a confirmé un arrêt de la Cour constitutionnelle publié lundi soir.

Président du Mouvement de libération du Congo (MLC), M. Bemba passait pour un candidat de l'opposition sérieux à la succession du président Joseph Kabila, qui n'a pas le droit de se représenter.

"La Cour constitutionnelle siégeant en matière de contentieux de candidature à l'élection présidentielle, après avis du procureur général (...) confirme l'inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba Gombo pour subornation des témoins en recourant à la corruption", a déclaré le président de la chambre.

M. Bemba avait saisi la Cour constitutionnelle car la commission électorale nationale indépendante (Céni) avait déclaré sa candidature irrecevable en août.

Il avait déposé sa candidature après un retour triomphal à Kinshasa et son acquittement en appel par la Cour pénale internationale (CPI) de sa condamnation à dix-huit ans dans l'affaire principale, celle de crimes de guerre et contre l'humanité.

Il a été condamné dans une affaire annexe pour subornation de témoins par la CPI, qui rendra en appel sa décision le 17 septembre.

Pour la Cour constitutionnelle congolaise, "la subornation de témoins est une circonstance aggravante dans l'infraction de corruption" en RDC. "C'est en bon droit que la Céni a conclu à l'inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba".

Les partisans de M. Bemba affirment au contraire que la subornation de témoins est différente de la corruption et ne fait pas partie des motifs d'invalidation d'une candidature, selon la loi électorale.

"C'est une décision politique pour écarter un adversaire gênant. Le Congo est tombé trop bas, c'est la honte pour la République démocratique du Congo", a réagi auprès de l'AFP Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC.

Outre M. Bemba, la Cour a jugé "non fondé" le recours de l'ex-Premier ministre Adolphe Muzito, un des six candidats invalidés par la Céni. 

La plus haute instance judiciaire du pays a par contre ordonné à la commission électorale d'annuler sa décision d'écarter de la course à la présidentielle deux autres candidats : l'ex-Premier ministre Samy Badibanga et la seule femme candidate, Marie-Josée Ifoku.

Tous deux avaient été écartés par la Commission électorale pour "défaut de nationalité (congolaise) d'origine". 

(©)

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le président Idriss Deby Itno a procédé, le 9 novembre 2018, à un nouveau réaménagement de son gouvernement, le troisième en quelques mois et q » ...la suite
Le président tchadien a procédé, ce vendredi 9 novembre, à un nouveau remaniement ministériel. Après celui du 18 juin dernier, le gouvernement a » ...la suite
Comment se porte Ali Bongo ? Les questions sur l’état de santé de leur président agitent les Gabonais depuis près de deux semaines. Dans ce peti » ...la suite
Les costumes d’abord. Le chef de l’État du Congo et ses proches ont dégotté au début de l’année 2005, à côté de Max Ezveline, un fournis » ...la suite
Gilles Gaetner a mené une enquête de plusieurs années sur de nombreux dirigeants africains au Congo Brazzaville, en Guinée Equatoriale ou bien enc » ...la suite
Les autorités tchadiennes préparent activement le prochain sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l » ...la suite
L’Adjudant chef major, Alain Obiang Nguéma de l’armée de l’air gabonaise décédé ce mardi en mission de paix en Centrafrique était marié e » ...la suite
L'Unité de police constituée (UPC) de près de deux cents éléments va quitter Brazzaville, le 2 octobre, a-ton appris au cours de la cérémonie o » ...la suite
Daniel Ona Ondo le président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) a présidé le 26 septembr » ...la suite
Depuis 2002, le Tchad enregistre un afflux des réfugiés centrafricains au Sud du pays, précisément à Goré dans la région du Logone oriental. Ce » ...la suite